Huile moteur et huile d'olives

Restauration commerciale ou collective, industries, garages, centres d’entretien ou de démolition automobiles, … Tout détenteur d’huiles, quelles qu’elle soient, doit répondre à une réglementation stricte en ce qui concerne la fin de vie des substances. Par ailleurs, jeter l’huile dans l’évier, les toilettes, la poubelle ou encore la nature est formellement interdit et passible d’une amende, pour les professionnels comme pour les particuliers.

Huile moteur et huile d'olives

 

Se séparer de l’huile usagée

Les huiles usagées, des déchets dangereux ?

Les huiles usagées sont des corps gras devenus impropres à l’usage auquel ils étaient destinés initialement. Certaines huiles en fin de vie, comme les huiles de vidange par exemple, sont considérées comme des déchets dangereux et soumises à une réglementation spécifique. On ne catégorise pas les huiles alimentaires comme des déchets dangereux, mais il existe tout de même des obligations concernant la gestion de leur fin de vie.

Huiles alimentaires

Professionnels de l’agroalimentaire, de la restauration commerciale ou collective, au-delà de 60 L d’huile usagée par an et par établissement, vous êtes tenus d’en assurer le tri à la source et la valorisation. Vous devez alors remettre ces déchets à des « collecteurs » agréés et ne pas mélanger les huiles usagées entre-elles, avec de l’eau ou avec n’importe quel autre produit. Enfin, le stockage doit s’effectuer dans un contenant étanche.

Huiles noires

Les huiles usagées noires proviennent de moteurs et de certaines applications industrielles. Elles ont été très dégradées du fait des contraintes thermiques supportées pendant leur utilisation.

Huiles claires

Les huiles usagées claires proviennent généralement de transformateurs, circuits hydrauliques ou turbines. Il s’agit d’huiles industrielles peu dégradées et qui peuvent faire l’objet d’un recyclage après un traitement simple.

Qu’il s’agisse d’huile noire ou claire, elles ne doivent pas entrer en contact avec d’autres substances, elles doivent être stockées dans un fût étanche et remises à des collecteurs ou à des « exploitants d’installations de traitement agréés » (Ministère de la Transition écologique).

ATTENTION : Un chiffon imbibé d’huile minérale devient à son tour un déchet dangereux !

Recyclage et valorisation de l’huile

En France, la gestion de l’huile usagée est régie par le Code de l’Environnement. il faut donc prendre soin de la jeter correctement, dans un endroit approprié. Les « collecteurs » sont des entreprises chargées de ramasser les huiles en fin de vie. Ils doivent être agrées par les préfets du département auquel ils appartiennent et respecter un cahier des charges précis.

  • Huiles alimentaires : Elles sont valorisables en biocarburants, ce qui permet de réduire l’utilisation d’hydrocarbures et les GES liés au secteur du transport. Une tonne d’huile alimentaire usagée permet d’obtenir 1 200 L de biocarburant. 1 L d’huile valorisée permet d’éviter l’émission de 3kg de CO².
    A qui s’adresser ? Oleovia et Ecogras collectent et recyclent les huiles alimentaires usagées.
  • Huiles noires et huiles claires : Leur ramassage se fait majoritairement auprès de garagistes, industriels et transporteurs. D’après le Ministère de la Transition écologique, leur volume s’élèverait à environ 200 000 tonnes par an. Après traitement, elles sont régénérées ou valorisées énergétiquement.

Urbyn vous accompagne dans la gestion de vos huiles usagées, contactez-nous.

SOURCES

 

Cet article vous a été utile ? N’hésitez pas à nous le faire savoir !

Author Caroline Péru

Caroline a rejoint Urbyn en octobre 2020 au poste de Chargée de Marketing et Communication en alternance. Elle est à l'origine des articles suivants :

More posts by Caroline Péru