Vous êtes un professionnel du secteur de la santé et vous souhaitez valoriser les déchets de votre établissement ? Nous vous accompagnons dans le recyclage de vos déchets médicaux.

C'est parti !C'est parti !

Les déchets médicaux représentent l’ensemble des déchets issus des activités de soins ou de diagnostic, en milieu médical ou à domicile. Des précautions sont à prendre dans la manipulation, la collecte, le traitement et l’élimination de ces déchets.

Déchets issus d’activités de soins, quels risques ?

Risques pour la santé

  • Risques infectieux : Les DASRI, déchets d’activités de soins à risque infectieux, peuvent provenir de poches de sang, de matériel perforant (piquant, coupant, tranchant) comme les aiguilles, seringues, cathéters, etc. Ils sont considérés comme des déchets dangereux, représentent un risque pour la santé humaine et doivent être collectés et traités ou détruits.
  • Risques toxiques : Le mercure est un métal lourd toxique très présent dans les établissements de soins, notamment les hôpitaux. On le trouve sous forme liquide, dans les thermomètres, tensiomètres, lampes fluorescentes, etc. Très toxique, il s’évapore facilement et peut causer des intoxications mortelles en cas d’inhalation.

Environnement et déchets médicaux

Généralement, les DASRI, du fait de leur caractère infectieux, sont éliminés par incinération, ce qui n’est pas sans conséquence pour l’environnement. En effet, lors de l’incinération, certains polluants aériens toxiques se forment et sont émis dans l’atmosphère par la cheminée de l’incinérateur. Ces substances sont persistantes, elles ne sont pas dégradées par l’environnement et s’accumulent tout au long de la chaîne alimentaire, si bien que la plus grande partie de l’exposition humaine aux polluants liés à l’incinération des déchets médicaux est due à l’alimentation. Par ailleurs, l’incinération de métaux lourds ou de matériel à forte teneur en métaux (plomb, mercure) peut conduire au rejet de métaux dans l’environnement. Ainsi, les établissements de soins et de diagnostic sont l’une des principales sources de mercure de l’atmosphère, notamment à cause de l’incinération des déchets médicaux. Ils sont aussi responsables en partie de la pollution mercurielle des eaux de surface.

Réduction à la source des déchets médicaux

Une bonne gestion des déchets médicaux passe d’abord par une réduction de la production des déchets, notamment en optant pour :

  • Des produits contenant moins d’emballages et générant moins de déchets.
  • Des fournisseurs reprenant les contenants pour les remplir, sur le modèle de la consigne : par exemple, pour les produits de nettoyage, bombes aérosol et bonbonnes de gaz.
  • La formation du personnel à la réduction du gaspillage lors de l’entretien et des soins.
    Votre établissement dispose d’un restaurant collectif ? voici comment y réduire le gaspillage alimentaire.
  • La favorisation du durable au détriment du jetable (vaisselle lavable, produits d’hygiène solides en vrac).
  • L’achat de matériel limitant les risques une fois que le produit sera en fin de vie : matériel sans PVC, appareils sans mercure, produits de nettoyage non toxiques.
  • Une bonne gestion des stocks : éviter la péremption de produits chimiques et de médicaments, notamment en appliquant le principe du “premier entré, premier sorti”.

Fin de vie des déchets issus d'établissements de soins

Tri des déchets

La première étape du processus de gestion des déchets consiste à identifier clairement les différentes catégories de déchets pour bien les séparer. Le tri des déchets tient de la responsabilité du producteur et doit être réalisé au plus près du lieu de production desdits déchets. Les déchets ménagers doivent être placés dans des sacs noirs, ils suivront la même filière que les déchets municipaux.

seringues et masques chirurgicaux
poubelles de tri

Recyclage des déchets hospitaliers recyclables

Les piles usagées, le papier, le verre, les métaux et le plastique doivent être recyclés. Pour cela, il convient de placer le papier, carton et certains plastiques dans des bacs prévus à cet effet (souvent de couleur jaune). Le verre sera quant à lui placé dans un bac spécial verre et collecté séparément. Les piles et batteries usagées ne doivent pas être jetées n’importe où mais placées dans un bac de tri pour ensuite être collectées et recyclées par un organisme agréé.

Compostage des déchets organiques

Les déchets alimentaires et d’espaces verts sont compostables, ils doivent donc être triés en vue d’être valorisés en compost ou méthanisés.

Collecte des déchets médicaux

Pour que les différents types de déchets identifiés soient recyclés, il est nécessaire d’organiser des opérations de collecte adaptées. Les déchets médicaux doivent être stockés à part en fonction de leur catégorie et collectés régulièrement. Il est interdit de stocker et collecter les déchets à caractère infectieux dans des lieux ouverts au public.

Le lieu de stockage des déchets médicaux doit répondre à un certain nombre de critères, disponible à la page 52 de ce Manuel de gestion des déchets médicaux.

Traitement et élimination des déchets médicaux

Comme vu précédemment, les déchets médicaux à risque infectieux sont généralement détruits par incinération, ce qui peut s’avérer néfaste pour l’environnement. D’autres solutions existent, comme par exemple la stérilisation des déchets à la vapeur d’eau ou la désinfection au micro-ondes suivies par le broyage des déchets. Après ces étapes, on considère alors ces déchets comme des déchets domestiques ; ils peuvent être traités par les filières classiques (ex : recyclage des plastiques désinfectés par la vapeur).

Eco-organismes du secteur de la santé

Des éco-organismes, agréés par les pouvoirs publics, permettent la valorisation des médicaments périmés ou non utilisés (comme CYCLAMED), ou des déchets à risque infectieux (comme DASTRI) afin de préserver l’environnement et la santé publique.
Vous souhaitez en savoir plus sur les éco-organismes ? C’est par ici.

Établissements de santé concernés

Cabinets de médecine générale, cabinets dentaires, hôpitaux, cliniques, cliniques vétérinaires, … Tout établissement de soins et/ou de diagnostic est responsable des déchets qu’il produit, il doit s’assurer que ceux-ci n’auront pas de conséquence néfaste sur la santé ou l’environnement.

En savoir plus sur la gestion des déchets du secteur médical

Commencez dés maintenant à mieux recycler vos  déchets médicaux

Remplissez ce formulaire et nous reviendrons vers vous rapidement pour vous conseiller dans la gestion de vos déchets